Meddy du Rwanda : La musique peut vaincre la haine

Le chanteur rwandais Meddy affirme que la musique a joué un rôle dans la guérison du Rwanda après le génocide

Les personnes qui sont douées avec les ordinateurs sont parfois qualifiées de « pas cool » ou « pas douées avec les femmes » – de mauvais stéréotypes, je sais, avant que quelqu’un ne pense à écrire un commentaire pour se plaindre !

Le Rwandais Meddy est la preuve vivante que ces choses ne sont pas vraies. Il chante certaines des chansons d’amour les plus populaires d’Afrique ces dernières années, notamment des tubes comme Slowly de 2017 et Dusuma de l’année dernière avec le Kenyan Otile Brown.

Mais il y a dix ans, lorsqu’il est parti aux États-Unis pour l’université, la musique n’était pas au programme.

Malgré un certain succès à la fin de son adolescence au Rwanda, Meddy ne voyait pas la musique comme une carrière viable.

Heureusement, ce n’est plus le cas.

Et ce n’est pas seulement le succès d’artistes comme Meddy qui a contribué à changer cet état d’esprit.

Selon ce jeune homme de 31 ans, le pays tout entier a été témoin du pouvoir de guérison de la musique dans les années qui ont suivi le génocide de 1994, où environ 800 000 personnes ont été tuées en seulement 100 jours.

Lorsque Meddy a sorti Ni Jyewe dans son nouveau pays les États-Unis en 2009, sa première chanson en près de deux ans, le « feedback fou » l’a aidé à se persuader qu’il y avait peut-être un avenir dans la musique après tout.

Cela signifiait que l’ingénierie informatique devait être reléguée au second plan, mais cette décision s’est avérée très cool.

Vous pouvez écouter Meddy (en anglais) sur This is Africa ce samedi, sur la radio BBC World Service et sur des stations partenaires à travers l’Afrique.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.