Biographie Henri Wa Mayani Bowane

Né Henri Wa Mayani Bowane, à Coquilhatville (Mbandaka) en 1926 et décédé Kinshasa, en 1992 mieux connu sous le nom d’Henri Bowane. Il a été une figure influente dans le développement de la rumba congolaise au Congo-Belge. Il fut le premier patron professionnel et le premier mentor du légendaire guitariste François Luambo Makiadi, alias grand-maitre.

Bowane
Bowane

Bowane s’est distingué à la fin des années 40 sur la scène musicale africaine de Léopoldville, dans laquelle la musique de style cubain se combinait avec les styles lingala et pan-congolais. Guitariste, chanteur et chef d’orchestre, Bowane a été jumelé avec le chanteur et guitariste Wendo Kolosoy sur Ngoma Records.

Après sa visite à « Léopoldville » au milieu des années 1940, il va entrer en contact avec Wendo. Dès son retour dans sa ville natale il va fonder son propre grand groupe, Victoria Coquilhatville.

En 1947, il revient à Léopoldville et monte rapidement sur la scène musicale. Alors que lui et Wendo étaient à la fois chanteurs et guitaristes,  le grec Jeronimidis patron de l’une des premières maisons de production musicales en Afrique « Ngoma Records »  a étudié leurs atouts, et il va mettre Wendo Kolosoy à l’attaque  chant et va donner à Bowane une gamme libre sur ses longues lignes de guitare.

Ces longs ponts, développés à partir des styles folkloriques congolais précédents, s’appelaient Sebene, en raison des accords de la septième place privilégiés par les musiciens congolais. Le cri « Sebene! Une spécialité de Bowane ».

Bowane était chef d’orchestre et arrangeur au Studios Loningisa, Maitre du grand-maitre Luambo Makiadi, il fut premier musicien congolais à conduire à Cadillac.

Henri Bowane est un des fondateurs de la rumba congolaise au début des années 50.

1956-1960 Succès et Migration au Ghana

Bien que Wendo se soit déjà imposé parmi la première génération de musiciens congolais, le premier succès de Bowane avec Wendo fut également le premier grand succès du musicien le plus établi. La chanson, premier grand succès international pour la rumba congolaise, était « Marie-Louise« , co-écrite en 1948 par Wendo Kolosoy et Henri Bowane.

À travers la publicité pour « Radio Congolia », ainsi que la controverse qui a suivi la chanson (une relation de va-et-vient entre Wendo et Henri sur la recherche de Wendo pour une fille, frustrée par la richesse d’Henri, avec des accents sarcastiques), la chanson est devenue un succès dans toute l’Afrique de l’Ouest. Avec son succès, des problèmes surgirent: la chanson avait des pouvoirs « sataniques » attribués par les chefs religieux catholiques.

Les histoires de l’époque affirmaient même que la chanson, si elle était jouée à minuit, pourrait faire ressusciter les morts. La fureur a expulsé Wendo de Kinshasa et a entraîné un bref emprisonnement par les autorités belges à Stanleyville et son excommunication de l’Église catholique.

Après l’indépendance du Congo en 1960, il voyage au Ghana et plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. En 1976, il produit le groupe Zaïko Langa Langa et sort son premier album « Natalie Nato d’Abidjan ». Il participe dans le projet Les Ya Toupas de Manuaku Waku.

1989-1992 Retour à Kinshasa

1989 est l’année du retour de Bowane à Kinshasa. Il rejoindra le T.P. O.K. Jazz pour finalement décéder en 1992.

BIBLIOGRAPHIE

  1. https://zaiko-langa-langa-fan.fandom.com/fr/wiki/Henri_Bowane#:~:text=Henri%20Wa%20Mayani%20Bowane%2C%20mieux,sous%20le%20nom%20de%20Franco.
  2. https://www.universrumbacongolaise.com/artistes/bowane-henri/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.