Biographie de Christophe Agbepa Mumba, Koffi Olomidé

Antoine Christophe Agbepa Mumba, dit Koffi Olomidé, né le 13 août 1956, à Stanley ville, l’actuelle Kisangani, province de la Tshopo en République démocratique du Congo, Son père y effectuait un déplacement pour affaires, mais habitait la capitale. D’un père congolais et d’une mère sierra-léonaise. Fils biologique de Charles-Robert Agbepa Mumba (congolais) et de Aminata Angélique Muyonge appelée aussi Aminata Angélique Moore Olomide (Sieraleonaise). Son grand-père maternel s’appelle OLOMIDÉ d’où son nom de KOFFI OLOMIDÉ. Il est un auteur-compositeur-interprète, chanteur et producteur congolais. Il est le fondateur et dirigeant du groupe Quartier Latin International.

Suite aux problèmes liés à son enfance, sa mère lui colle le surnom de  » Antoine Makila Mabe (Antoine, mauvais sang) ».
Il grandit dans le quartier de Lemba à Kinshasa, jusqu’à ce qu’il déménage avec sa famille en 1973 pour Lingwala toujours à Kinshasa.

À 18 ans, il obtient un bac scientifique, et son père Charles-Robert Abgepa lui permet d’aller continuer ses études en France à l’Université de Bordeaux. Chaque vacance scolaire, il rentre à Kinshasa.

Koffi Olomide

Koffi Olomidé a deux frères, son aîné Owandjo Joninko et Toutou Roba. Et deux sœurs : Ruffine dit Ruffa et Sylvie Agbepa, et un autre jeune frère Didi Olomidé décédé aux années 90.
Koffi Olomidé s’est marié 2 fois dans la vie conjugale, notamment avec sa première femme, Marianne Makosso, avec qui, ont eu 2 enfants : Aristote son fils aîné, et Minou sa première fille. Puis ses trois autres enfants, (Rocky, Diego et Karine) issus d’union libre. Il se remarie à nouveau avec une femme nommée Aliane, ils ont eu trois enfants : Didi Stone Nike, Del Pirlo Mourinio et Saint James Rolls. Sa femme Aliane et leurs 3 enfants vivent à Paris.

Enfant, il voulait devenir footballeur. Son père, Charles Agbepa, aurait préféré une carrière dans l’administration. Koffi Olomidé apprend grâce à l’aide d’un voisin à jouer de la guitare, il n’est alors âgé que de 13 ans. .  Il écoute la rumba congolaise de Franco Luambo, Grand Kalle, Vicky Longomba ou encore Tabu Ley Rochereau, un artiste dont il s’inspirera le plus tout au long de sa longue carrière. Mais poussé par sa mère et surtout par son grand frère Johnny Co, il intègre petit à petit le milieu de la musique congolaise et c’est ainsi qu’il se fait remarquer par un des leaders de la formation Zaïko Langa Langa, vers le milieu des années 1970 ; ce leader n’est autre que Papa Wemba, ami de son frère aîné qui est impressionné par le talent d’auteur/compositeur de ce jeune. Une amitié se lie alors entre les deux hommes. Il commence à composer des paroles. Petit à petit, il se fait remarquer parmi les orchestres du moment et le milieu congolais lui donnera le surnom de « l’étudiant le plus célèbre du Zaïre ». Poussé par son grand frère pendant les vacances quand il n’est pas en Europe, Koffi entre en studio et commence à enregistrer ses propres chansons comme AssoPrincesse ya Synza. Mais, ayant décroché le bac, Koffi se voit obligé d’aller poursuivre ses études en France. Mais à toutes les vacances, il retourne au pays. C’est lors de l’une de ses congés qu’il enregistre Onia, son premier 45 tours, qui ne connaît pas le succès.

Le groupe Zaïko Langa Langa, miné par des querelles, se sépare de Papa Wemba. Désormais seul, celui-ci contacte Olomidé, qui composera des chansons pour la carrière solo de Papa Wemba.

Le jeune Olomidé, âgé de 22 ans, se voit décerner en 1978, le titre de meilleur auteur-compositeur grâce au titre Anibo, un duo Wemba & Koffi sous le label Viva la Musica.

Koffi Olomidé poursuit ses études en Europe ; il sort diplômé en science commerciale en 1980, son thème de mémoire s’intitule La Commercialisation de la richesse minière du Zaïre, un atout pour celui-ci ?. Il part chez lui, ne trouve pas de travail, et décide de retourner en Europe.

Milieu et fin des années 1980 : naissance d’une star. Lorsqu’il retourne au Zaïre, Koffi Olomidé est connu, principalement du fait de sa collaboration avec Papa Wemba quelques années plus tôt. C’est dans ce cadre que sort en 1983, l’album Ngounda (Exil ou exilé) qu’on peut considérer comme son tout premier album, dans lequel il fait appel à Josky Kiambukuta Londa (en) du TP OK Jazz de Franco Luambo. L’album rencontre un succès mitigé mais Koffi récidive un an plus tard avec Lady Bo avec la participation de King Kester Emeneya. 

C’est en 1985 que la carrière de Koffi est lancée, à la sortie de l’album Diva. Un album travaillé par l’arrangeur Rigo Moya dit « Rigo Star ». Toutefois ses premiers textes, qui plaisent aux filles n’accrochent pas beaucoup les hommes. 

En début de l’année 1987, on le dit mort du sida en Europe où il séjournait. Koffi sera très sérieusement ébranlé par cet épisode. Il compose la chanson Le revenant dans laquelle il répond à ses détracteurs par Bomoni té, boyoki yango, tika kotuba koloba, tuba tuba eza mabé (« vous n’avez rien vu mais seulement entendu, arrêtez de parler des choses que vous ne connaissez pas, la diarrhée verbale est une mauvaise chose ») et sur la maladie, il dira Kuna na mboka lola ata bato oyo ya sida, bazuaka pe kimia oyo ya seko (« au moins au paradis, il y a la paix éternelle même pour ceux qui souffrent du sida »). À la suite de ce morceau, il composera le titre « Dieu voit tout » en compagnie de l’artiste Reddy Amisi de Viva La Musica de Papa Wemba, dans lequel il parle de sa prochaine mort. Beaucoup de gens voient, à travers les paroles de la chanson, une prémonition sur sa mort prochaine, ce qui relance la polémique.

Il  continue en 1987 avec un nouvel album intitulé « Rue d’amour », opus qui sera réédité en support CD en 1992 par Sonodisc sous le titre Golden Star « dans Stéphie ». C’est le premier qui comporte au moins six titres inédits. Dans cet opus, Koffi chante pour la première fois pour des VIP. Il compose un titre Mosika na Miso (Loin des yeux) pour Claudien Likulia, le fils du général Norbert Likulia Bolongo et il rend hommage dans Myriam Moleka à la défunte Myriam, riche héritière de la famille Moleka. Comme récompense, une maison sera construite pour la star dans un quartier de Bandalungwa, à Kinshasa. Dans les autres morceaux de l’album, il chante l’amour dans le titre éponyme Stéphie, de la jalousie à son égard dans Petit frère ya Yesus et Droits de l’homme.

En1988, l’album « Henriquet » paraît, du nom de la miss du Congo élue cette année-là. C’est un énorme succès. Koffi Olomidé devient un phénomène dans le milieu musical des deux Congo. Il est composé de six morceaux. En plus du titre éponyme, deux titres connaissent le succès : « Orphelinat et Djino ».

En  1989 sorti de l’album « Elle et Moi ». La chanson Elle et Moi est dédiée à sa fille Minou. Dans cet opus, Koffi joue de la guitare et de la basse, et travaille une nouvelle fois avec l’arrangeur capverdien Manu Lima. Le « Tcha Tcho » prend une nouvelle connotation. Le son et le rythme sont plus modernes, l’animation propre à la musique congolaise s’affirme davantage.

Alors qu’il se trouve à Paris, une rumeur court, selon laquelle il aurait été arrêté en France avec de la drogue. Rumeur démentie quelques jours plus tard à la télévision par Laudert, proche du chanteur.

Les années 1990, marquent son apogée. Il devient une figure emblématique de la musique en Afrique avec son propre style le Tcha-Tcho et décroche, en 1994, son premier disque d’or pour son album « Noblesse Oblige »  

En fin 1990, Koffi Olomidé sort l’album Les prisonniers dorment, par sa nouvelle maison de disques Sonodisc.

En 1992, il sort  l’album « Koweït, rive gauche ». EN septembre 1992, la sortie du 1er album de son groupe Quartier Latin « Pas de faux pas ».

En 1993, il publie son vrai 1er grand succès de cette décennie avec l’album Noblesse Oblige qui devient disque d’or avec plus de 100 000 exemplaires vendus.

En 1994, la sortie du 2e album du groupe Magie dont les clips sont tournés aux États-Unis et à Paris. Fin octobre, le chanteur obtient un premier grand triomphe parisien pour son spectacle au Parc des expositions de la porte de Versailles. Fin novembre, Koffi Olomidé et le Quartier Latin International apparaissent à la 6 place des ventes de la Fnac à Paris. Le 10 décembre 1994, au Palais des Congrès de l’hôtel Ivoire à Abidjan, Koffi Olomidé reçoit 2 distinctions aux Africar Music Awards : celui de meilleur chanteur remis en main propre par le chef d’état et celui du meilleur clip. Enfin, il termine l’année en apothéose, faisant danser ses fans toute la nuit de Noël au fameux Aquaboulevard de Paris.

En octobre 1995, l’album V12 sort, marque les esprits et devient son second disque d’or avec plus de 100 000 exemplaires vendus avec la chanson phare Fouta Djallon 

En 1996, il sort l’album Wake Up en collaboration avec Papa Wemba, pour mettre fin au ragots prétendants qu’ils sont en rivalité.

Ce sont 2 albums qui sortent en 1997 : Ultimatum (le 3e album du groupe) et Loi. Dans Loi, du titre éponyme de son album Loi, un générique qui sera la marque du Ndombolo, une danse qui fera bouger toute l’Afrique dans la fin des années 1990 jusque dans les années 2000. L’album devient disque d’or avec plus de 100 000 exemplaires vendus.

L’année 1998 sera marquée par la sortie le 31 décembre de l’album Droit de Veto du Quartier Latin, et ses productions scéniques le 29 août, à l’Olympia de Paris (avec près de 2000 personnes refusées à l’extérieur de la salle), le 7 novembre, au Zénith de Paris (avec 7000 personnes réunies) et puis au Brixton Academy pour la première fois. Une semaine après avoir joué son concert à l’Olympia de Paris à guichets fermés, il remporte le prix du meilleur artiste d’Afrique centrale pour la première fois aux Kora Awards.

Koffi Olomidé, maintenant surnommé Nkolo Lupemba, recrute de nouveaux musiciens et sort en novembre 1999 l’album Attentat, titre choisi en hommage aux Attentats des ambassades américaines en Afrique du 7 août 1998, qui devient disque d’or en 2 mois avec plus de 100 000 exemplaires vendus.

Le 19 février 2000, il devient le 1er artiste africain à se produire et à remplir la plus grande salle de France, le Palais omnisports de Paris-Bercy avec 17 000 places.

Enfin, en 2000,  le 5e album du Quartier Latin, Force de Frappe, sort avec des chansons tels que Eternellement de Fally Ipupa, Dulcinée d’Eric Tutsi, Kompressor de Mamale Manzenza, Cotisation de Nseka Kudifelela, Aquarelle de Jordan Kusa et beaucoup d’autres…

Il se produit pour la  2ème  fois le 14 juillet 2001 au Zénith de Paris. Il entame ensuite une grande tournée américaine et participe le 16 juillet au Lincoln Center Festival à New York.

En novembre 2001, il sort l’album « Effrakata », un double album de 16 titres, qui remporte une nouvelle fois un disque d’or avec plus de 180 000 exemplaires vendus.

Il remportera, grâce à cet album, 4 Kora en 2002 en une soirée pour « meilleur artiste africain », « meilleur artiste d’Afrique centrale », « meilleur clip vidéo » ainsi que la « récompense spéciale des juges » ce qui lui vaudra le surnom Quadra Kora Man. Record jamais égalé jusqu’à ce jour.

De retour à Kinshasa, grâce à cet album Koffi et le Quartier Latin remportera les 7 récompenses suivantes : « Meilleur album de l’année », « Meilleur animateur » pour Kérozène, « Meilleur auteur/compositeur » et « Meilleur artiste musicien » pour Koffi Olomidé, « Meilleur chanteur  » pour Fally Ipupa, « Meilleur orchestre » pour Quartier Latin et « Meilleur chanson de l’année » pour Effervescent.

Le 30 mars 2002, il se produit  au Stade des Martyrs de Kinshasa.

Le 7 mars 2003, le 6e et double album du groupe, Affaire d’État, sort avec des chansons tels que Ko-Ko-Ko-Ko de Fally Ipupa, Inch’Allah de Fofo le Collégien, Calvaire de Bouro Mpela, Drapeau Blanc de Soleil Wanga, Biblia de Gipson Butukondolo, Tendrement de Lola Muana, Tous Pepele de Deo Brando, Love Story de Montana Kamenga et beaucoup d’autres… Grâce à cet album, produit par David Monsoh comme Effrakata, le groupe remporte le prix du Meilleur groupe africain aux Kora Awards pour la chanson Inch’Allah (partagent avec le groupe ivoirien Anti Palu et Soum Bill).

Le 12 avril 2003, il se produit pour la 3e fois au Zénith de Paris avec son groupe Quartier Latin International.

Le 3 mai 2003, Quadra Kora Man et Quartier Latin se produisent au Stade de l’Amitié à Cotonou (Bénin). Un drame survient avec la mort de 16 personnes causé par une bousculade à cause de l’affluence de monde qu’il y a eu.

En 2004, il sort l’album « Monde Arabe » où  il s’est auto-produit car sonidisc, un double album comportant 18 titres.

Le 4 décembre 2005, il remporte le prix du meilleur artiste de la décennie lors de la 10e édition des Kora Awards pour la 4e fois en Afrique du Sud (partagé avec Werrason) avec une valise de 100 000 dollars mis en jeux par les organisateurs..

En 2006 il sort le 7ème   album du groupe Quartier latin « Danger de Mort ».

Le 13 octobre 2007, il se produit pour la 4ème  fois au Zénith de Paris avec son nouveau groupe  « Les Mineurs du Quartier Latin ».

Le 7 août 2008, Mopao Sarkozy sort l’album Bord Ezanga Kombo (l’album sans nom), un double album de 17 titres avec un featuring de Youssou N’Dour sur la chanson Festival et de Lokua Kanza sur Diabolos. Festival est d’ailleurs dédié à la styliste sénégalaise Diouma Dieng Diakhaté. L’album est d’ailleurs disque d’or avec 60 000 exemplaires vendus en 4 mois. La même année, en 2009, il sort La Chicotte à Papa, un maxi-single de 7 titres.

Début décembre 2011, son album Abracadabra est piraté 3 semaines avant la sortie prévue le 23 décembre 2011. Il accuse directement Les Combattants, un groupe de manifestants contre les artistes soutenant l’ancien président de la RDC (2001-2019, Joseph Kabila, d’être à l’origine de cette piraterie, en voulant nuire à sa carrière musicale en mettant toutes les chansons sur Internet. Son producteur décide finalement de sortir l’album le 10 janvier 2012 pour contre-attaquer la piraterie pendant que Koffi, lui, donne gratuitement son nouvel album à Kinshasa.

Pour la 5ème  fois, depuis sa première fois en 1998, il refait et remplit le Zénith de Paris le 16 mai 2009.

Son album « le 13e Apôtre » sortira le 13 octobre 2015 composé de 39 titres répartis sur quatre CDs. L’album se vend à plus de 22.000 exemplaires en 1 jour, 46 000 exemplaires en une semaine.

La chanson phare « Selfie » est un véritable succès avec un million de vues en 3 semaines sur Youtube, et devient un phénomène avec l’hashtag #OpérationSelfie utilisé sur les réseaux sociaux et qui sera même repris par le chanteur français Matt Pokora, le joueur de football Didier Drogba et ses coéquipiers de L’Impact de Montréal, et aussi par l’International franco-congolais Blaise Matuidi.

Il se consacre à la production de jeune artiste avec son label Koffi Central et continuera à diriger son groupe Quartier Latin.

En 2012, Antoine Agbepa Mumba, de son nom d’origine, avait été mis en examen pour viol aggravé sur quatre anciennes danseuses. Finalement relaxé pour les faits de viol qui ont par la suite été requalifiés, il a été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis pour “atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans”.

Le chanteur avait été condamné à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à l’ancienne danseuse.

Koffi Olomidé a déjà été condamné, en RDC en 2012, pour violence, et avait été expulsé du Kenya en 2016 pour avoir donné un coup de pied à l’une de ses danseuses.

Aujourd’hui koffi olomide est considéré comme l’un des piliers non pas seulement de musique congolaise
mais de l’Afrique tout entière.

2021, Koffi Olomidé, continue sa tournée africaine, en cette fin d’année. Après Kigali au Rwanda, le 4 décembre dernier, et attendu à Bamako le 11 décembre, pour la « Nuit de la nation 12. 12 et des Sympathisants », le « Grand Mopao » devrait également se produire à Canal Olympia Godope du Togo, le 18 décembre prochain. Un concert live réservé uniquement aux VIP.

Discographie

En 38 ans de carrière solo, Koffi Olomidé a réalisé vingt-six albums, dont sept avec son groupe Quartier Latin, un album en collaboration avec Papa Wemba.

Albums studio

  • 1979 : Ba la joie
  • 1983 : Ngounda
  • 1985 : Diva
  • 1986 : Ngobila
  • 1988 : Henriquet
  • 1989 : Elle et Moi
  • 1990 : Tcha Tcho (compilation)
  • 1990 : Les Prisonniers dorment
  • 1991 : Golden Star dans Stéphie
  • 1992 : Haut de gamme/Koweït, rive gauche
  • 1992 : Pas de faux pas (du Quartier Latin)
  • 1993 : Noblesse oblige
  • 1994 : Magie (du Quartier Latin)
  • 1995 : V12
  • 1996 : Wake Up, avec Papa Wemba
  • 1997 : Ultimatum (du Quartier Latin)
  • 1997 : Loi
  • 1998 : Droit de veto (du Quartier Latin)
  • 1999 : Attentat
  • 2000 : Force de frappe (du Quartier Latin)
  • 2001 : Effrakata
  • 2003 : Affaire d’État (du Quartier Latin)
  • 2004 : Monde arabe
  • 2005 : Boma Nga N’elengi (maxi-single)
  • 2006 : Danger de mort (du Quartier Latin)
  • 2006 : SWI Chocolat Chaud (maxi-single)
  • 2008 : Bord Ezanga Kombo
  • 2009 : La chicotte à Papa
  • 2012 : Abracadabra
  • 2017 : Nyataquance
  • 2018 : Suprématie (du Quartier Latin)
  • Chanteurs/Chanteuses:
    • Éric Toutsi – depuis 1993,2004,2011,2015,2017
    • Asso Ferrari – depuis 2002,2011,2018
    • Omba Lipassa – depuis 2007
    • Cindy Le Coeur – depuis 2007 « Directrice Artistique »
    • Mayassé Mbongi – depuis 2010
    • Ange – depuis 2013
    • Fabrizio Mayela – depuis 2014
    • Saint Cowboy – depuis 2014
    • BB Jitrois – depuis 2016
    • Chikito Makinu – depuis 2017 « Vice-Président »
  • Animateurs:
    • Brigade Sarbati – depuis 2001,2018
    • Mukusa Ya Mbwa – depuis 2004,2016
    • Ordinateur Rodrigue – depuis 2009
    • Aspirine Atalaku – depuis 2012
    • Petit Maniango – depuis 2013
  • Guitaristes/Bassistes:
    • Rocky Blanchard Miantezolo (basse) – depuis 1987,1999,2001,2005 « Chef d’Orchestre »
    • Poupa Mystic (mi-solo,solo,rythmique) – depuis 2002
    • Flash Musica (rythmique,solo) – depuis 2011
    • Cobetox Kombe (basse) – depuis 2013
    • Volcan Solo (solo) – depuis 2013
    • Davido Solo (solo) – depuis 2017
  • Batteurs:
    • Suira Mundelu – depuis 2009
    • Cédric Lita – depuis 2013

Anciens Musiciens et Anciennes Danseuses

  • Chanteurs/Chanteuses:
    • Mascot De Katalas – de 1986 à 1989
    • Marie Paul Kambulu – de 1986 à 1987
    • Eldorado Claude – de 1986 à 1992
    • Djunafa Makengele – de 1986 à 1991
    • Aladji Hc Makenga – de 1986 à 1994
    • Laudy Demingongo Plus-Plus – de 1988 à 1993
    • Suzuki Luzubu – de 1989 à 1998, retour de 2006 à 2012
    • Akouda Nzuzi – de 1991 à 1992
    • Willy Bula – de 1992 à 1997
    • Babia Ndonga Chokoro – de 1993 à 2001, retour de 2003 à 2011 (décédé)
    • Modogo Abarambwa – de 1993 à 1999, retour de 2005 à 2007
    • Tusecoze Azuray – de 1993 à 1996
    • Chou Lay Evoloko – de 1993 à 1994
    • Sckola Miel Whitney – de 1993 à 1994
    • Sam Tshintu – de 1994 à 1999
    • Thomas Lokofé – de 1994 à 1996
    • Pompon Miyaké – de 1995 à 1996
    • Biva Ray – de 1995 à 1999
    • Geco Bourro Mpela – de 1996 à 1999, retour de 2000 à 2004, 2006 à 2007, 2015 à 2016
    • Mamale Tupac – de 1996 à 2001
    • Depitsho Savanet – de 1998 à 2000
    • JF Ifongé – de 1998 à 2000
    • Jipson Butukondolo – de 1998 à 2008
    • Roi Soleil Wanga – de 1999 à 2007
    • Jordan Kusa – de 1999 à 2005
    • Sarbatino Batracien – de 1999 à 2001, retour de 2006 à 2008
    • Arca Diniero – de 1999 à 1999 , retour de 2005 à 2012
    • Chikito Mutakatif – de 1999 à 2000
    • Spino Ladjatence – de 1999 à 2001
    • Fally Ipupa – de 1999 à 2006
    • Mustapha Gianfranco – de 1999 à 2000
    • Lola Mwana – de 1999 à 2003
    • Bendo Son – de 1999 à 2000
    • Baguin Baguino – de 1999 a 2000
    • Montana Kamenga – de 2000 à 2008
    • Paparazzi Toto – de 2000 à 2001, retour de 2002 à 2003
    • Michaux Chamberton Dix – de 2000 à 2003
    • Deo Brondo – de 2001 à 2004
    • Junior Kingombe – de 2003 à 2007, retour de 2007 à 2009
    • Tonton Lay Evoloko – de 2003 à 2004
    • Chella Mputu – de 2004 à 2008
    • Mirage Supersonic – de 2004 à 2006, retour de 2007 à 2008
    • DVD Musica Valéry – de 2005 à 2008, retour de 2010 à 2018 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Ferré Gola – de 2005 à 2006
    • Zoé Bella – de 2006 à 2007
    • De Campo – de 2006 à 2012
    • Rolly Mayemba – de 2006 à 2007 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Guelord Monami – de 2006 à 2013 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Scotty Pippen – de 2006 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Bapinces Leader – de 2006 à 2007, retour de 2011 à 2012 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Déplick Pomba – de 2006 à 2007 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Arabe Youssouf – de 2006 à 2011 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Pentagone – de 2006 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Niawu Ndoki – de 2006 à 2007 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Pitshou Majula – de 2006 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Le Roi – de 2006 à 2007 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Tony Ambrosio – de 2007 à 2008
    • Méjé 30 – de 2007 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Joss Diena – de 2007 à 2009
    • Jitrois Galliano – de 2007 à 2010
    • Edo Dollar – de 2008 à 2015
    • Egesson Hormis – de 2008 à 2011
    • Baby Azembi – de 2009 à 2012
    • Jimmy Adoli – de 2009 à 2010
    • Prince – de 2009 à 2010
    • Ali Tcher – de 2010 à 2014
    • Adou Manisa – de 2011 à 2014
    • David Love – de 2011 à 2014
    • Ronsard Kanza – de 2012 à 2014
    • Faborson Chante – de 2011 à 2015
    • Abel De Charme – de 2016 à 2017
  • Animateurs :
    • Jean Louis Manzungidi – de 1986 à 1995 (décédé)
    • Bivens Bienvenue Rappason – de 1993 à 1998, retour de 2015 à 2016
    • Dolce Parabolique Somono – de 1995 à 1999
    • Mbochi Lipassa – de 1996 à 1999, retour de 2005 à 2007
    • Cnn Alligator – de 1998 à 2001, retour de 2003 à 2005
    • Bidjana Vangu – de 1999 à 2000
    • Océan Zibankulu – de 1999 à 2000
    • John Scotch – de 2000 à 2001
    • Petit Reagan Chirac – de 2000 à 2001
    • Molayi Atalaku – de 2000 à 2002
    • Bébé Kerozène – de 2001 à 2005
    • Acide Wanzambi – de 2003 à 2005
    • Apocalypse Cendre – depuis 2003 à 2008 retour de 2013 à 2015
    • Golbert Napoléon – de 2004 à 2006
    • Pépic Mbassu – de 2006 à 2009 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Mbuji Mayi – de 2006 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Tourbillon Mbaka – de 2006 à 2012 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Gessac Tshipoyi – de 2007 à 2010
    • Ségolène Royal – de 2007 à 2008 (du Groupe Quartier Latin Mineurs)
    • Rossignol Anerori – de 2009 à 2010
    • DVD Mokonzi – de 2009 à 2012
    • Masamuna Fiston – de 2010 à 2011
    • Touareg Mushakarente – de 2010 à 2010
    • Equaliseur Boseko – de 2012 à 2012
    • Kirikou Deo Kasokolo – de 2016 à 2018
  • Guitaristes/Bassistes :
    • Bobo Véron (mi-solo, rythmique) – de 1986 à 1991
    • Yoto Nkelani (solo) – de 1986 à 1992
    • Toussaint Vince (rythmique, mi-solo) – de 1986 à 1993
    • Fofo Le Collégien (basse) – de 1986 à 1987 (rythmique,mi-solo) retour de 1999 à 2006
    • Philo Bass (basse) – de 1988 à 1992
    • Do Akongo (rythmique) – de 1989 à 2000
    • Didace Iboula (mi-solo, rythmique) – de 1991 à 1994
    • Felly Tyson (solo, mi-solo, rythmique) – de 1989 à 2011
    • Lebou Kabuya (solo, mi-solo, rythmique) – de 1992 à 1999 , retour de 2003 à 2005
    • Beniko Popolipo (mi-solo, solo, rythmique) – de 1993 à 2000
    • Augusto Nsingi (basse) – de 1993 à 1995
    • Binda Bass (basse) – de 1995 à 2015
    • Pathy Bassinta (basse) – de 1996 à 1999
    • Ridens Makosso (rythmique, mi-solo) – de 1996 à 2002
    • Montigia Tunga (basse) – de 1997 à 1998
    • Sunda Bass (basse) – de 1996 à 1998
    • Deba O’Neil (rythmique) – de 1999 à 2000
    • Clovis Silawuka Bass (basse) – de 1999 à 2000
    • Janvier Okota (rythmique,solo) – de 1999 à 2000
    • Djodjo Mambu (rythmique) – de 2000 à 2017 « Décédé »
    • Ramazani Fulutini (solo, mi-solo) – de 2000 à 2004
    • Bourman Idolo (rythmique) – de 2003 à 2013
    • Richard Bass (basse) – de 2004 à 2016
    • Mbetenge Domingo (solo, mi-solo) – de 2004 à 2011
    • Champion Vualu (solo) – de 2006 à 2015
    • Hono Kapanga (solo, mi-solo) – de 2007 à 2010
    • Christian Schengen (rythmique) – de 2008 à 2010
    • Teddy Solo (solo) – de 2011 à 2016
    • Yannick Stockan (mi-solo, solo) – de 2012 à 2016
    • Pas Dachis (rythmique) – de 2013 à 2016
  • Batteurs :
    • Simolo Katondi – de 1986 à 1992
    • Coco Tchomba – de 1986 à 1997
    • Trocadéro Mukusa – de 1988 à 1990
    • Kaps Kapangala – de 1991 à 1995
    • Tchétché De Balle – de 1995 à 2000, retour de 2002 à 2010
    • Champion Djikapela Esthétique – de 1996 à 2001, retour de 2005 à 2006
    • Cambodge Motul – de 2001 à 2004
    • Titina Alcapone – de 2001 à 2007
  • Percussionnistes :
    • Nseka Kudiféléla – de 1986 à 2011, retour de 2012 à 2015
    • Lady Mbonda – de 2005 à 2011
    • Papy Lukila – de 2011 à 2015
    • Olivier Mbonda – de 2013 à 2016
  • Synthétiseurs :
    • Eric Bamba – de 1993 à 1995
    • Ondoma Motema – de 1995 à 2002
    • Christian Nzenze – de 2000 à 2001
    • Jires Synthé – de 2002 à 2011
    • Brice Malonga – de 2004 à 2008
    • Igor Synthé – de 2010 à 2015
  • Gongi :
    • Raul Le Mignon – de 2004 à 2015
  • Danseurs :
    • Tolin Shitokay – de 1986 à 1994
    • Tshotsholi Samara – de 1995 à 1996
    • Boketshu – de 1995 à 1996
    • Tomalin – de 1995 à 1996
    • Mulala Mutu Rouge – de 2004 à 2006
  • Danseuses :
    • Rosette Kamono – de 1991 à 1995, retour de 1997 à 1998
    • Fifi Miss Yolo – de 1991 à 1997
    • Dorothée – de 1991 à 1992
    • Mireille Kashama – de 1991 à 1992
    • Floriane Mangenda – de 1991 à 1992
    • Jacky Bebeto – de 1991 à 1994 (décédée)
    • Nana Sukali – de 1991 à 1993
    • Rita Dembo – de 1993 à 1996, retour de 1999 à 2000
    • Zina Bilaho – de 1993 à 1999, retour de 1999 à 2000
    • Mireille Kondé – de 1993 à 1998 (décédée)
    • Solange Ekutshu – de 1994 à 1996, retour de 1998 à 2001
    • Marie Mboyo – de 1994 à 1996 (décédée)
    • Nono Ba Diamant – de 1995 à 1999
    • Miette Shégué – de 1995 à 1999
    • Claudine AC Milan – de 1996 à 2001
    • Youyou Tchivundu – de 1997 à 1999
    • Charlie Chocolat – de 1998 à 1999
    • Francine Mbongo – de 1999 à 2000
    • Nina – de 1999 à 2001
    • Godé Mujinga – de 1999 à 1999
    • Bibi Sucre – de 1999 à 2001
    • Aimé Jacquet – de 1999 à 2000
    • Chouchou Mbayo – de 1999 à 2002, retour de 2009 à 2013
    • Blandine Korando – de 1999 à 2001
    • Patricia – de 1999 à 2002
    • Spaghetti – de 1999 à 2001
    • Pamela Bengongo – de 1999 à 2017
    • Sandra Lina – de 2000 à 2002
    • Midi Kompressor – de 2000 à 2002
    • Patricia Champagne – de 2000 à 2001
    • Patience Ibembo – de 2000 à 2005, retour de 2006 à 2007
    • Bijoux Anapata – de 2001 à 2003, retour de 2004 à 2005
    • Nadine Babou – de 2000 à 2002
    • Monica Céleste – de 2001 à 2002 (décédée)
    • Bennie Musika – de 2001 à 2006
    • Amy – de 2001 à 2005
    • Laura Monbindi – de 2002 à 2003, retour de 2006 à 2007
    • Cadhy Show – de 2002 à 2004
    • Bibicia Ronaldinho – de 2002 à 2003, retour de 2005 à 2006, 2e de 2008 à 2009
    • Bénédicte – de 2002 à 2005
    • Françoise Marcation – de 2003 à 2006
    • Harmonie Tchindu – de 2004 à 2006
    • Flora Nadège – de 2004 à 2006
    • Stella – de 2004 à 2006
    • Yolande – de 2006 à 2011
    • Bobette – de 2006 à 2009
    • Flore Elengi – de 2007 à 2011
    • Olga – de 2007 à 2010
    • Judith – de 2008 à 2012
    • Valérie – de 2008 à 2011
    • Cuisse De Poulet – de 2009 à 2011
    • Lilas – de 2011 à 2017

Notes et références

From Wikipedia™, this document is available under the terms of the GNU FDL at : http://fr.wikipedia.org/wiki/Koffi_Olomid?

One thought on “Biographie de Christophe Agbepa Mumba, Koffi Olomidé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.