Biographie de Lokassa Kasia Denis

miques dans la rumba congolaise, le nom de Lokassa figure parmi les premiers. Je parle de noms tels que, Charles Déchaud Mwamba, Casino Casimir Mutshipule, Pierre Monongi Mpia aka Porthos, Bopol Mansiamina, Léon Bombolo aka Bohlen, Lutumba Simaro, Vata Mombasa, Lele Nsudi, et d’autres.

Né en 1946, le jeune  Lokassa Kasia Denis a commencé sa carrière musicale au sein de l’Orchestre Diamant Bleu au milieu des années 60 avec des musiciens comme Guvano Vangu, Réné Moreno Mosengwo, Jean Trompette (Nzenze) Germain Lusamba, etc. Il a évolué dans un grand orchestre – African Fiesta National en 1968, formant un formidable quartet de guitares avec Jean Pierre Attel Mbumba en solo, Futu Augustine (Faugus Izeidi), le grand mi-solo et Joseph Mwena à la contrebasse. Les chansons qui viennent à l’esprit avec cette formation sont : Christina, Bonane na Noel, Kimakango Mpe Libala, Mokitani Ya Wendo, etc.

Il y a eu plusieurs changements de personnel au sein du groupe, au gré des auditions et des sorties, mais Lokassa est resté en place, pendant dix ans. Au début et au milieu des années 70, il fait équipe avec Michelino sur de nombreuses chansons, dont la mémorable « Kaful Mayay » de 1973. En 1978, il quitte Afrisa International aux côtés de Ringo Moya pour faire équipe avec Sam Mangwana en Afrique de l’Ouest pour le projet African All Stars. Il s’installe à Paris au début des années 80 et devient l’un des guitaristes de session les plus recherchés dans le style Up-tempo Soukous. A la fin des années 80, il forme Soukous Stars, où ses prouesses deviennent de plus en plus profondes.

Dans l’ère Soukous, il est sans doute le meilleur guitariste rythmique.

Au sein de Soukous Stars, il forme une Attaque Bazooka avec Dally Kimoko en solo et Ngouma Lokito à la basse, produisant de grands succès. Cette formation en trio fera également du travail de session ensemble. Mes meilleures chansons produites par cette  attaque dans cet ordre sont : Amour Perdu – Nyboma, Tobina – Dally Kimoko, Masola – Nyboma et Nina – Nyboma.

George Omondi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.