Siméon Mavuela dit Mavuela Somo

Né un certain 13 juillet 1952 et mort en 2022, ll fait partie des acteurs historiques des 40 ans de zaiko langa langa, mais il est aussi l’un des rares, à l’instar de Jossart, qui refuse den faire un nouveau sujet de dissension au sein de la famille langa langa.

Ll faut dire que Siméon Mavuela est l’un des tous premiers chanteurs du groupe – il est cité, dans l’ordre d’arrivée juste après Jossart Nyoka Longo. Chanteur « basse » ou 2 ème voix, c’est selon, Mavuela Somo aura hésité longtemps à choisir entre les Kuempa Kuempa (Jossart, Bimi) et les Cavacha ( Gina et Evoloko). Au plus fort de la tension au sein du groupe, il continuera à chanter indistinctement avec les deux tendances de Zaiko.

Pourtant, lorsque la vague Wondostock va s’imposer, il n’aura pas d’autre choix que de suivre Evoloko Lay et les ISIFISTES bien cités dans sa chanson Selika.
A partir de là, l’auteur de belmondo va se révéler, non seulement comme une machine à tube, mais aussi comme un leader à part entière. c’est ainsi qu’il n’hésitera pas longtemps à entraîner Shungu dans l’aventure Yoka Lokole, après avoir laissé sur le carreau Evoloko et son Isifi. Un an plus tard et quelques face-à-face mémorable au Ciné Paladium, et la vague bana Kin, le Cheik va se séparer de Wembadio. mais c’était déjà le début de la fin d’une aventure commencée au collège pour ce fils de bonne famille, au destin exceptionnelle.

Siméon Mavuela est donc une voix autorisé pour expliquer et révéler sur les ondes de radio Mangembo, au micro de Joseph Pululu et Mama Hortense; après Pépé Fely, les secrets du succès de sa génération d’ancien de l’Athénée Royale de kalina et du Collège Albert 1er dans la musique, la difficulté de gérer les égos de stars qu’ils étaient devenues en si peu de temps, mais aussi donner aux auditeurs et aux congolais, des repères de mémoires pour écrire l’histoire de la musique des jeunes des années 70.

Zaïko Langa Langa (aussi écrit Zaiko Langa Langa ou Zaiko Langa Langa Nkolo Mboka) est un groupe musical populaire du Congo-Kinshasa, formé en 1969, quand le Zaïre s’appelait encore Congo.

Plusieurs musiciens célèbres ont débuté leur carrière dans ce groupe, influent dans les années 1970, comme Papa WembaPépé Felly, Evoloko Jocker, Jossart N’yoka Longo, Bimi Ombalé. Plusieurs autres groupes sont sortis de cette formation, la plupart avec un certain succès, comme , Yoka Lokole, Langa Langa Stars, Choc Stars, Le Grand Zaiko Wawa, Quartier Latin International, Viva La Musica… Ils en ont souvent conservé le style, le rythme funk caractéristique d’une nouvelle génération de la rumba congolaise, et qui est devenu, d’une certaine façon, l’étendard d’une jeunesse congolaise voulant s’émanciper.

Le nom du groupe

Le nom Zaïko est formé à partir du nom Zaire ya bankɔ́kÉ”, signifiant « Zaïre des ancêtres » en lingala. Langa Langa est le nom d’un peuple de la province historique de l’Équateur.

 

Histoire

 

Le groupe Zaïko Langa Langa est formé en 1969 sous le nom Orchestra Zaïko. Les membres son à l’époque : Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba (plus connu sous son nom de scène ultérieur de Papa Wemba), Pépé Felly Manuaku, Olemi Eshar, Mazaza, Anto Evoloko, Jersy Jossart Nyoka Longo, Simeon Mavuela Somo, Teddy Sukani, Enoch Zamungana, André Bimi Ombale, Bapius Mwaka, Mashakado Nzolantima et plus tard Gina Efonge Isekofeta, Pablo Bakunde Ilo, Bozi Boziana, etc. Papa Wemba commence dans ce groupe sa carrière musicale. Il contribue à le constituer, et devient sous le pseudonyme de Jules Presley, le leader des parties chantées. Il en est le membre le plus âgé (il a déjà 20 ans).

D’après l’historien David Van Reybrouck, ce groupe est le plus influent des années 1970 au Congo. Il adopte un rythme rapide, funk, abandonnant les instruments à vent et mettant en avant la batterie et les solos de guitare. Le groupe met également l’accent sur la danse, dans la continuité de la rumba congolaise. Leurs scènes sont habituellement animées par des danseurs. C’est, selon le romancier et musicien Sylvain Bemba, cité par Olivier Herviaux dans le journal Le Monde, une musique des pauvres, la rumba, qui finit par conquérir, avec ce groupe, les «nantis de la ville». Le groupe est populaire, notamment dans « les bars dancings de Kinshasa, de jour comme de nuit ». Il met surtout à mal un certain conformisme musical et devient l’étendard d’une jeunesse, démographiquement de plus en plus importante, qui veut s’émanciper.

Evoloko Joker Lay Gola, considéré comme le membre le plus populaire, avec le concours d’autres musiciens tels que Papa Wemba et Pépé Felly Manuaku, aurait inventé la cadence rythmée qu’est « cavacha », une danse populaire à travers l’Afrique centrale et de l’Est durant ces années 1970. Le cavacha est devenu le ciment du soukous congolais. Le groupe se produit en 1974 lors du grand concert donné à l’occasion du match mythique Mohamed AliGeorge Foreman, aux côtés de James Brown et Tina Turner.

Deux ou trois années plus tard, le groupe commence à se diviser. Papa Wemba, Evoloko, Mavuela et Bozi partent pour former Isifi Lokole en 1974 (Isifi étant un clin d’œil en acronyme signifiant Institut supérieur de formation des idoles)Viva La Musica en 1976. Ce départ porte un coup dur à l’orchestre. Il continue pourtant son parcours. C’est à cette occasion que cet orchestre enregistre l’arrivée du batteur Ilo Pablo, qui en profite pour faire adopter par le groupe un style plus simple et plus épuré. C’est aussi l’arrivée dans cette formation du chanteur Linkinga Redo. Vers la fin des années 1970, le groupe comprend comme membres : Nyoka Longo, Lengi Lenga, Bimi Ombale, Likinga, Evoloko et Bozi Boziana, avec les musiciens Meridjo et Bapius.

À la fin des années 1980, les désaccords dans le groupe atomisent la troupe en plusieurs formations, mais le « style Zaïko » marque durablement ces nouveaux groupesYves Billon, Zaïko Langa Langa, le goût du travail bien fait.

Il est décédé le samedi 12 novembre 2022, en Anvers en Belgique, suite à une longue maladie. Soulignons que les amis de Mavuela Somo Siméon l’appelait également chic Vuelas, le grand catalogue.

Discographie

  • Pauline (1970)
  • L’amoureux déçu (1972)
  • C’est la vérité (1971)
  • Chouchouna (1973)
  • Liwa Ya Somo (1974)
  • 33 tours (1974)
  • Toli kolumpe(1975)
  • Zaïre-Ghana (1976)
  • Obi (1978)
  • Sentiment Awa/Essesse (1979)
  • Sarah Djenni (1981)
  • SOS Maya (1982)
  • La Tout Neige (1970)
  • Zekete Zekete / Épisode (1983)
  • Muvaro(1983)
  • On gagne le procès (1984)
  • Zaïko Eyi Nkisi (1985)
  • Eh Ngoss!Eh Ngoss!Eh Ngoss (1985)
  • Bongoville (1986)
  • Pusa Kuna….Serrez Serrez (1986)
  • Nippon Banzaï (1986)
  • Papa Omar (1986)
  • Subissez les conséquences(1987)
  • Jetez l’éponge (1989)
  • Ici ça va « Fungola Motema » (1990)
  • Jamais Sans Nous (1991)
  • Avis de recherche (1995)
  • Sans issue (1996)
  • Backline Lesson One (1997)
  • Nous Y Sommes (1998)
  • Poison (1999)
  • Feeling (2001)
  • Eureka (2002)
  • Empreinte (2004)
  • Rencontres (2007)
  • Bande Annonce (2011)
  • Maman Siska (2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *