Biographie de Nicolas Kasanda wa Mikalay, docteur Nico

Docteur Nico (né Nicolas Kasanda wa Mikalay à Mikalayi, dans la province du Kasaï, en République démocratique du Congo le 7 juillet 1939, mort le 22 septembre 1985), est un guitariste, compositeur et l’un des pionniers du soukous.

Biographie

 

Nico Kasanda, après avoir obtenu un diplôme de professeur dans l’enseignement technique, mécanique en 1957 qui lui a permis d’enseigner à l’Ecole professionnelle (EPOM) de Kinshasa/Ndjili. Cependant  choisit la guitare.

 

Guitariste de légende, Nicolas Kasanda wa Mikalay, dit “Nico Mobali”, puis “Docteur Nico”, soignait les âmes et faisait danser les chœurs. Joseph Kabasélé fut son maître, Franco, son rival, la guitare, sa religion. Son immense talent et son vibrato hantent encore aujourd’hui de nombreux guitaristes du continent.

 

Dès son jeune âge, il est irrésistiblement attiré par les muses comme d’ailleurs la plupart des membres de sa famille. C’est son aîné Charles Mwamba « Dechaud », et son cousin Tino Baroza sortis de l’école de Jhimmy en 1951, qui initieront le jeune amateur, aux mystères joyeux de la guitare.

 

En 1950, À l’âge de 14 ans, il commence à jouer au sein du groupe Grand Kalle & l’African Jazz, mené par Joseph « Grand Kalle » Kabasele. Il devient alors un guitariste influent. (Jimi Hendrix lui-même est venu le voir personnellement alors qu’il était en tournée à Paris) et l’initiateur du finger-picking congolais, omniprésent à l’époque, ce qui lui conféra le surnom de « Docteur Nico ».

 

En 1951, âgé à peine de 12 ans, le futur Dr Nico enregistre un premier 45T (45 tours) comme soliste avec Joseph Kabasélé et l’African Jazz. L’éditeur grec Moussa Bénatar remarque son talent précoce et lui offre sa première guitare. Dr Nico va finalement s’imposer comme soliste au sein de l’African Jazz.

 

En 1960, à la Table ronde de Bruxelles, Nico Kasanda est au sommet de sa gloire pour le soin extrême qu’il apporte à la production de l’album « Indépendance Cha cha cha », ainsi qu’à la sophistication de la guitare solo.

 

En 1963, l’African Jazz se dissout et Docteur Nico et Tabu Ley Rochereau, alors chanteur principal du groupe, forment l’, orchestre qui atteint rapidement la notoriété en Afrique.

 

Trois ans plus tard, il fonde l’African Fiesta avec Tabu Ley “Rochereau”. A la scission du groupe en 1965, deux formations naîtront : l’African Fiesta International de Tabu Ley et l’African Fiesta Sukisa de Dr Nico (dont feront partie, entre autres, son frère Charles Mwamba, Lucie Eyenga et Josky Kiambukuta). Il faudra attendre les années 1970 pour que l’African Fiesta Sukisa connaisse un immense succès. Il va même devenir l’un des groupes les plus populaires de la scène congolaise, avec l’exploration du rythme traditionnel de sa région du Kasaï, le “mutuashi”. Des morceaux comme “Ngalula”, “Nico alekaki”, “Bougie ya motema”, “Marie Pauline”, “Sanza zomi na mibale” ou encore “Bolingo ya sens unique” feront les beaux jours de tous les mélomanes des deux Congo.

 

L’artiste chanteur compositeur, Pascal Sinamoyi mieux connu sous le nom de Seigneur Rochereau, Tabu Ley, de son vivant avait témoigné sur les antennes de la Radio-Congo à Brazzaville, au cours d’une émission de Mosito Abopaul, que « Damoiseau est l’un de plus grands guitaristes que j’ai connu, mais celui-ci n’atteignait pas la cheville de Dr Nico », ajoutant que « j’ai eu la chair de poule, lors d’une cérémonie organisée par le gouvernement américain en mémoire de Jimmy Hendrix aux Etats-Unis, quand le père de ce dernier, dans ses propos, avait déclaré » : «aujourd’hui mon fils est honoré par les Etats-Unis pour de loyaux services rendus à la nation américaine en tant qu’artiste et musicien à travers ce trophée, mais il y a tant d’autres artistes à travers le monde qui ont mérité cet honneur et qui n’ont pas eu cette opportunité, notamment, le guitariste zaïrois (congolais), Dr Nico, de qui Jimmy Hendrix se privait de sommeil pour travailler chaque jour ses partitions».

 

Il est le plus grand guitariste solo de l’histoire de la musique congolaise moderne, après Emmanuel Tshilumba wa Baloji « Tino Baroza », son maître spirituel, lequel avec Charles Mwamba « Dechaud » guitariste d’accompagnement ont été formés par le guitariste « hawaïen» Zacharie Elenga « Jhimmy ».

 

 

Il se retire de la scène musicale vers le milieu des années 1970 à la suite de la faillite de son label musical belge et se consacre à quelques enregistrements au Togo, avant de mourir le 22 septembre 1985, Docteur Nico s’éteignait entre les murs blafards de l’hôpital St-Luc à Bruxelles (en Belgique).

Parmi ses chansons nous pouvons citer : 1°MOKILI MAKAMBO, 2°MARIE NELLA, 3°TU M’AS DECU CHOU CHOU 4°NASALI ELOKO TE,  5°SEMEKI ETALI YO TE, 6 AFRICAN FIESTA CONGO, 7° LEO C’EST LEO, 8°BOLINGO NA NGA AYE, 9°OMELI MAYI NA NTONGA 10° KAMULANGU , 11° MERENGUE PRESIDENT.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.