Biographie de Matolu Dode dit Papy Tex

Né Matolu Dode Jean à Kinshasa le 28 juin 1958, Alias Papy Tex. Il est Chanteur, et compositeur congolais.

Son père d’origine angolaise, Jean Baptiste Mbisi et sa mère Marie Saka de Kongo Central.

Papy Tex est élevé par la première épouse de son père, Joséphine Matolu, originaire de l’ancienne province de l’équateur. C’est d’elle qu’elle reçoit son patronyme de Matolu (Ndoyi).

Joséphine Matolu décéda en 1978 sans laissé d’enfant. C’est à l’âge de dix ans que Papy Tex va connaître l’identité de sa vraie mère Marie Saka, mais garda de l’affection à la famille Joséphine à qui, il doit tout.

Fan de ballon rond, Papy Tex à l’instar de son père débuta sa carrière footballistique dans l’équipe « Étoile filante » de la commune de Barumbu.

Craignant pour son physique et sa petite taille, sa mère Joséphine Matolu lui conseilla d’arrêter avec le football et l’orientant petit à petit vers la musique, elle même fan de Kabasele Grand Kale.

Ainsi, dès 1967, Papy va commencer à imiter tour à tour, Grand Kale et Tabu Ley dont il deviendra grand fan et source d’inspiration.

Habitant le quartier Barumbu et ami d’enfance de Pepe Kale, ce dernier va lui persuader d’intégrer l’orchestre « African Choc en 1968.

En effet, l’histoire rapporte que, déjà en 1970, Yampanya wa ba Mulanga et Papy Tex avaient franchi une étape de leur carrière en intégrant l’orchestre Myosotis de la commune de Dendale, aujourd’hui Kasa-Vubu. Au courant de la même année, ce groupe décidait de participer au concours de musique des orchestres de jeunes organisé par le guitariste Dewayon Ebengo. Myosotis remporta le prix de meilleur orchestre. A cette occasion, Pépé Kallé épata les professionnels de la musique présents à la cérémonie de proclamation des résultats. Le drummer de l’Afrisa International, Seskain Molenga, fit alors appel aux talents des deux vedettes pour mieux les encadrer et renforcer l’attaque-chant d’un orchestre qu’il venait de créér. L’accompagnateur Lokasa avait aussi recommandé à Seskain Molenga, Dilu Dilumona, chanteur de l’orchestre Révélation de la commune de Kintambo. Ainsi naquit le trio «Kadima» (Kabasele « L’éléphant de la musique congolaise », Dilu et Matolu).

Rappelons que cet orchestre a été créé le 17 mars 1973 à Kinshasa au dancing bar Vis-à-Vis, rond-point Victoire, dans la commune de Kalamu. par les chanteurs Jean KABASELE YAMPANYA alias Pépé Kalé, MATOLU Papy Tex et DILU Dilumona, qui forment le percutant Trio «KADIMA». C’est juste après la mort de son chanteur leader, Pépé Kalé, que l’ensemble musical a connu des turbulences provoquant une scission terrible, donnant naissance aux groupuscules d’Empire où chacun de musiciens voulaient être aussi leader ou tête d’affiche. Conséquence, personne n’a survécu et le vrai Empire BAKUBA a totalement disparu de la scène musicale congolaise.

Après avoir abattu un travail de titan avec ses poulains, Seskain Molenga conduisit son groupe, en le baptisant du nom de Bakuba, au studio mobile Vévé, sur la rue Eyala, dans la commune de Kasa-Vubu, pour l’enregistrement à succès des chansons cultes telles que Nazoki, Nakobelela, Libaku mabe, Kanu, Nazangi tata, etc… Ces opus attirèrent l’attention de Kiamwangana Mateta Verkys, président directeur général de l’écurie Vévé, et propriétaire du studio mobile du même nom, qui décida de s’occuper également de l’édition, la distribution et la commercialisation de ces œuvres. Succès sans précédent, aussitôt après leur lancement sur le marché.

La gloire subite amena le trio « Kadima » à signer un contrat d’édition avec l’écurie Vévé. Kiamwangana mettra alors à sa disposition un équipement de musique pimpant neuf de marque Rangers. Peu après, se référant à l’existence historique de l’Empire Bakuba, dont on situe de nos jours les limites et les descendants dans le territoire de Mweka, dans l’ancienne province du Kasaï Occidental, le trio «Kadima» décida d’ajouter au nom déjà existant de Bakuba celui d’Empire. L’Empire Bakuba venait ainsi de naître, cette fois-ci dans le domaine musical, prêt à occuper les meilleures places de différents hit-parades tant nationaux qu’internationaux durant plus de vingt-cinq ans.

Après la mort de Pépé Kale, le 29 novembre 1998, Papy Tex vit toujours en Europe où il poursuit une carrière solo avec des chansons comme Luzingu, Tueyi Kuetu… sorties en 2004.

Avec Tsheke Bukassa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.