Biographie de Pedro MANUAKU Félixa WAKU, dit Pépé Felly

Félix Manuaku Waku (alias Pépé Felly), né le 19 août 1954 à Sera di Kanda, Mbanza-Kongo, en Angola est un guitariste, chanteur et auteur-compositeur-interprète congolais.

Cofondateur du groupe mythique Zaïko Langa Langa en 1969 et aussi pionnier du style moderne du « sebene », il est considéré comme l’un des guitaristes congolais et africains en général les plus virtuoses.

Il est le deuxième d’une famille de 12 enfants, dont 7 garçons et 5 filles.

Son grand-père, Manuel Mayungu d’Oliveira, chanteur et guitariste actif dans les années 1950, est l’un des artistes pionniers de la rumba congolaise. Le père de Manuaku jouait souvent de la guitare pour le divertissement de son foyer.

À l’âge de 7 mois, il déménage avec sa famille à Kinshasa. Il a été étudiant à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa.

Manuaku a affirmé que son intérêt pour la guitare a commencé après avoir assisté à un spectacle du légendaire Franco Luambo Makiadi.

En 1968, il rejoint un groupe de jeunes appelé Bel Guide National, aux côtés de Jossart N’Yoka Longo et Teddy Sukami.

L’année suivante, précisément en décembre 1969, Bel Guide est dissous par ses administrateurs pour former un nouveau groupe avec des membres choisis du groupe précédemment mentionné, après que Manuaku avec sa guitare ait accompagné le jeune Papa Wemba interprétant la chanson Adios Théthé de Tabu Ley Rochereau, lorsqu’il est venu comme invité à l’une de leurs répétitions.

C’est alors que le groupe Zaïko Langa Langa est né, dont il est cofondateur aux côtés de Jossart N’Yoka Longo et Papa Wemba.

« … Le premier musicien qui était à la base de la création de cet orchestre est bel et bien moi la personne qui vous parle. Donc, Pedro MANUAKU Félixa WAKU… Le deuxième musicien à se joindre à moi s’appelle Jules SHUNGU WEMBADIO alias Papa Wemba qui est venu donner corps et vie à ce projet qui va devenir à ce jour un groupe mythique en Afrique noire. Ainsi de suite, jusqu’à être rejoint par notre frère et ami Nyoka Longo… ».

Depuis 1973, Félix Manuaku Waku est désigné par la presse congolaise comme le « meilleur guitariste de la troisième école de musique congolaise ». « …J’avais eu la chance de naître avec une certaine malformation au niveau des mains. J’étais né avec les doigts tordus. C’est ma mère qui me redressait les doigts jusqu’à donner le résultat que nous avons aujourd’hui dans ma carrière. D’abord, j’avoue que ces doigts tordus m’ont donné une facilité de mieux plaquer certains accords que les gens qui ont des doigts justes, normaux, auront de la peine dans leur façon de gratter la guitare. Deuxièmement, j’ai aussi beaucoup écouté les ‘‘Maîtres’’ : Docteur Nico Kassanda et Franco. Ces légendes constituent les deux premières écoles qui existaient dans la Rumba. J’avais également écouté mon grand-père Manuel Dolivera. On n’en parle pas trop souvent mais le premier orchestre qui a existé en RDC, à Léopoldville (Kinshasa), à l’époque s’appelle : San Salvador. Avant, il n’y avait pas d’orchestre, si ce n’est des griots avec des musiciens qui jouaient à la guitare en chantant directement. Le premier concert auquel j’ai eu le privilège d’assister dans ma vie était avec le groupe San Salvador. Et, partant de-là, je commençais à m’imprégner déjà de quelques vibrations sonores. Ainsi, j’ai réussi à me démarquer en fusionnant les deux écoles de Franco et Nico jusqu’à créer la voie du milieu qu’on appelle aujourd’hui le style Zaiko, le style Pepe Felly, le style soukous, Coupé-décalé… ».

En 1976, il devient membre fondateur du groupe Les Ya Toupas du Zaïre, avec Ray Lema, Bopol Mansiamina et bien d’autres. Le groupe a reçu le « Maracas d’Or » en 1978.

Manuaku enregistre et sort son premier album Zaïko Wa Wa / Souci Mady en 1978, accompagné de Zaïko Langa Langa et des Ya Toupas.

À la suite d’un problème administratif au sein du groupe Zaïko Langa Langa, en septembre 1980, il quitte le groupe et forme son propre ensemble, Grand Zaïko Wawa, qui a fait connaître de nombreuses stars de l’univers musical congolais dont Defao, Djo Poster Mumbata et Shimita El Diego.

« …Personnellement, mon départ dans Zaiko m’a permis d’expérimenter une autre forme de musique et surtout de bien introduire l’instrument qu’on appelle le synthétiseur. J’avais, un peu, commencé dans Zaiko Langa Langa mais c’était timide. C’est dans le Grand Zaiko Wawa que j’ai eu la facilité de l’incorporer et de sortir des jeunes talents qui ont fait aussi de belles prestations et ont apporté quelque chose dans la musique congolaise. Grace à cela, j’ai approfondie aussi mes expériences jusqu’à devenir un professeur visiteur dans une université de la planète… »

Ce virtuose de la guitare a inventé un style et un son le « SEBENE » (« Le sébène est une mélodie sur deux ou quatre mesures en cycle (ou en boucle), exprimant ce que le chanteur ne peut pas dire avec les mots), raison pour laquelle les journalistes Congolais écrivent et déclarent que Pépé-Felly est le créateur de la troisième école de guitare dans la musique Congolaise moderne. Les deux autres écoles étant crées par Franco Luambo Makiadi du T.P. OK Jazz et Docteur Nico Kassanda de l’African-Jazz avec Grand Kallé et l’African-Fiesta. Evoluant toujours au sein de Zaiko langa-langa, Pépé-Felly monte en 1978 avec Ray Lema, l’orchestre expérimental les Ya Tupas, pour améliorer les sonorités de la musique Congolaise. Cette expérience fut couronnée de succès puis les Ya Tupas remportent le prix « Maracas d’or ».

En 1979, Pepe-Felly introduit le synthétiseur dans la musique Congolaise. Bien avant l’arrivée de cet instrument dans la musique de sa ville natale, il osa prêter ses pédales de guitare au pianiste Nzenze, pour la première fois des sons similaires au synthétiseur prenait place dans la musique de Kinshasa.

Le groupe a été plébiscité en 1984 comme « Meilleur orchestre de l’année » par la presse congolaise, alors zaïroise.

En 1987, il collabore avec Jimmy Cliff, lors de son passage à Kinshasa, et participe à son album Shout for Freedom.

Félix Manuaku Waku s’installe en Suisse en 1989, où il poursuit sa carrière solo. Dans les années qui suivent, il collabore avec de nombreux artistes mondiaux, dont les saxophonistes Manu Dibango et Robin Kenyatta.

En 2005, il lance le projet Pépé Felly & Band.

En 2009 Pépé-Felly va ouvrir une école de musique à Kinshasa R.D.Congo, « école de culture le Griot » et fait des tournées aux USA, en Afrique et en Europe jusqu’à ce jour.

En octobre 2018, Félix Manuaku Waku célèbre ses cinquante ans de carrière musicale à Kinshasa.

Malgré ses brouilles avec Nyoka Longo, Président-gérant du groupe Zaiko Langa Langa, Pépé Felly MANUAKU WAKU restera une légende dans l’histoire de la musique congolaise. Magicien de la guitare, ce virtuose soliste est une référence d’un clan, mieux de toutes les générations.

Hélas ! 60 ans après l’indépendance de la RDC en 2020, pays qui l’a vu grandir et l’a façonné, cet artiste a jugé bon de retrouver l’Angola, pays de ses ancêtres. Donc, il ne servira plus le Congo-Kinshasa comme avant. Au cours de son passage à Luanda, MANUAKU qui a révélé ses souches angolaises, envisage désormais de s’installer en Angola. Le patron de Grand Zaiko Wawa a déjà un projet de construire une école de musiques à Mbanza Kongo dans le but de promouvoir les talents angolais et surtout revaloriser la culture angolaise, avait-il précisé lors d’un entretien avec la presse.

Avec Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.