Biographie de Moïse Katumbi Chapwe

Né le 28 décembre 1964 à Kashobwe, Moïse Katumbi est né d’une mère congolaise et d’un père grec Nissim Soriano, un juif grec qui a fui l’île de Rhodes des nazis et s’est installé au Congo dans les années 1930, alors qu’elle était encore une colonie belge. Soriano a construit un empire commercial de pêche et a épousé la fille d’un chef local, Mwata Kazembe XIV Chinyanta Nakula, avec qui il a eu deux enfants.

La famille de Katumbi a tout perdu, y compris son nom, dans l’un des bouleversements les plus connus du Congo: la montée au pouvoir de son ancien despote kleptocratique, Mobutu Sese Seko, en 1965. Sous Mobutu, ses fidèles ont nationalisé et divisé entre eux les entreprises et les biens à travers le pays, y compris la pêche de la famille Soriano. La famille a également été forcée de changer son nom à consonance occidentale pour quelque chose de plus africain. Ils ont choisi Katumbi, un nom qui apparaît dans la lignée de la famille du chef.

En Grèce, la famille de Soriano, y compris ses parents, ont tous péri pendant l’Holocauste. Les sœurs de Soriano, cependant, sont venues avec lui au Congo et ont survécu.

Moise Katumbi Chapwe est marié à Carine Nahayo Katumbi. Père de six enfants.

Moïse Katumbi a fait ses études primaires au lycée Kiwele de Lubumbashi. Il a poursuivi son 5ème et 6 ème primaire à l’école Kabukwikwi et ses études secondaires à la mission de Kapolowe avec mention diplômé d’Etat, option pédagogie générale.

Moïse Katumbi a prospéré dans la pêche, s’approvisionnant dans le lac Moero et faisant la plus grande partie de son commerce avec la Gécamines, et la Zambie.

En 1997, Moïse Katumbi crée la société MCK (Mining Company Katanga) active dans les services aux activités d’exploitation du cuivre et du cobalt de la Gécamines, entreprise qui sera vendue en 2015 à Necotrans.

Depuis 1997, Moïse Katumbi est président du TP Mazembe, est un club de football congolais qui a remporté cinq fois la Ligue des champions africaine (1967, 1968, 2009, 2010 et 2015) dont trois fois sous sa présidence et a atteint la finale de la Coupe du Monde des Clubs à Abou Dabi en 2010. Le club remporte la Coupe de la confédération en novembre 2016 et 2017.

En 2006 et en 2011, alors membre du PPRD Moïse Katumbi soutient la campagne électorale de Joseph Kabila.

Aux élections législatives de 2006, Moïse Katumbi est élu député du Katanga avec plus de 100 000 voix en sa faveur.

Moïse Katumbi est élu gouverneur de la province du Katanga en janvier 2007

Entre 2007 et 2015 il est gouverneur du Katanga. Il démissionne du PPRD et du gouvernorat le 29 septembre 2015 dénonçant par une déclaration publique les dérives anticonstitutionnelles du régime.

Il est désigné candidat à la présidence par les opposants du groupe G7, une coalition de 7 partis politiques de l’opposition issus de la majorité présidentielle, en mars 2016.

Exilé, il sera parmi les leaders politiques ayant milité à l’unité de l’opposition congolaise pour faire barrage au candidat du pouvoir, issu du FCC proche de son ancien allié Joseph Kabila. De Dakar en 2015, en passant par la rencontre de Bruxelles en 2016, cette implication de Katumbi finie par engendrer l’Accord de Genève en 2018 concrétiser par la création de la plateforme électorale « Lamuka » avec comme candidat commun de l’opposition « Martin Fayulu ». Choix qui sera boudé par Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi devenu président de la république après ces élections.

Katumbi a dû fuir parce que les procureurs de la capitale, Kinshasa, avaient émis un mandat d’arrêt contre lui pour corruption présumée. Katumbi, qui jouit d’une popularité considérable au Katanga, a fait valoir que cette affirmation était fausse pour l’empêcher de se présenter à la présidence. Le mandat a finalement été levé en 2019, permettant son retour.

Bien que se réclamant de l’opposition « LAMUKA » il se dit opposant républicain amorçant un rapprochement avec l’actuel président de la république Félix Antoine Tshisekedi.

Il est depuis 2020 président de son parti politique « Ensemble pour le changement agrée au mois de décembre 2020 » son ancienne plateforme électorale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.