Biographie de ZANGILU MAKIADI BENIKO POLYDOR dit POPOLIPO

Né  á Kinshasa en 1955. Il commence dans des orchestres de son quartier en 1969. Il quittait les orchestres s’il voyait un meilleur groupe jusqu’ à la création du groupe Tabou National dont il était membre. Il jouera pour la première fois en 1971. Popolipo avait 16 ans ensemble avec Espérant Kisangani, Djoboké Mabuse et compagnie lors de la sortie officielle au bar Suzanella de l’orchestre Tabu national, un groupe qui idolâtre Tabu Ley Rochereau. Avec la finesse de son doigté, toutes les portes vont lui donner le passage pour relayer n’importe quel guitariste en cas d’absence dans n’importe quel groupe. Il est l’unique à colmater les brèches. Au gré des vagues, il évolue dans « Kanako Shipriké bango » et dans « Kossa Kossa », voué à l’accompagnement et l’interprétation. Il devint un incontestable prodige, exceptionnel guitariste capable de tout interpréter ; cette qualité lui permit d’intégrer Isifi d’Evoloko avec le départ de Shora. Les disputes de Papa Wemba et Mavuela Somo font la séparation du groupe et il rentre au groupe Kossa Kossa. Dans Viva la musica de Papa Wemba, il a paré au pire le départ du redoutable Rigo stars Bamundélé. C’est lui qui a préparé la chanson Mea Culpa de Papa Wemba, mais c’est plutôt Mongo Ley qui a reproduit son travail identiquement au studio parce que lui, il a préféré rejoindre ses amis dans Langa Langa Stars (Dans Langa Langa Star il a commencé par la chanson Gloria Mangassa et il a terminé avec la chanson Parapluie. Il n’est resté qu’une année).

C’est Papa Wemba qui a exigé à Mongo Ley de jouer exactement comme Popolipo

Dans Zaïko, il récupère tous les savoirs avec le départ de l’énigmatique et géant chat « Roxy Tshimpaka Kabeya. » Il était membre du Zaïko Langa Langa de 1982 à 1988. Il a apporté le Sourire, la gaieté et la coquetterie dans ZAIKO langa langa car tous les guitaristes ne riaient jamais pendant le travail à l’image de Pépé Manuaku.

Puis une foudre frappe le mythique Zaïko et le découpe en deux; Popolipo choisit ses amis dont Claude Sumbu Makola aka Lengi Lenga dans Familia Dei dont l’aventure ne sera que de courte durée.

Koffi Olomide surgit, fait appel à Zangilu « le loup qui Zangue » pour le top de ses albums, l’inoubliable Mbabula spécialement la chanson « Zéro faute » puis demande ses services, l’intègre comme chef et arrangeur dans Quartier Latin où il poussa les limites plus loin avec des albums et aussi des concerts mémorables dans les 3 temples musicaux de Paris: Olympia, Zénith et Bercy. Il est au top de son art, très adulé, Koffi Olomide le surnomme « Zéro faute » sans doute le sacre d’un grand.

Nonobstant, le succès a ses caprices, c’est comme une jolie femme; son œil est toujours dans la bourse, voire les bijoux, les tendres paroles ont moins de prise. Ainsi, il quitte Quartier Latin pour Académia, un groupe créé par les jeunes transfuges de Quartier Latin, mais en dépit des attentes, l’organisation fera défaut et Ya Poly préférera se retirer  en 2002 pour créer enfin son orchestre Makutano: créations, interprétations et accompagnements musicaux, le tout en un.

 

KK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.