Biographie de Djo Nolo Give Sambo

Artiste musicien, parolier, Djo Nolo Sambo Né à Kinshasa vers les années 50 a fourbi ses premières armes dans les jeunes orchestres de la ville de Matadi (le chef-lieu de la Province du Kongo – Central). Sa renommée allait grandissante parmi les jeunes chanteurs de Matadi.

Vers les années 1970, il effectue une descente fracassante à Kinshasa la capitale et il ne tardera pas à se faire remarquer auprès de Papa Wemba dont il était parolier. Il fonda en 1980 de l’orchestre Choc Musica.

Son aventure a commencé lorsqu’il a rencontré Fatouma Bineta, une très belle femme du Congo Brazzaville. Toute le Monde voulait avoir une relation avec elle, mais elle avait choisi Djonolo Give. À cause d’elle, il a été torturé dans le Quartier de Bakongo où il est resté pendant c’est vacances à Brazzaville. C’est alors qu’il sera visité par des inconnus dans sa chambre d’Hôtel. Après être torturé il sera expulsé vers Kinshasa, son pays d’origine. Il a beaucoup souffert psychiquement de cette histoire qui va finir par le façonné. Lui qui encore enfant et très malade a vu sa mobilité être réduite à cause du mauvais traitement de ses pieds.

Il va par la suite solliciter son entrée dans l’Anti-Choc de Bozi Boziana où il fera sortir des œuvres de grande facture parmi lesquelles Mansanga, Tshala, Fatouma Bineta…

Auteur compositeur de talent, Djo Nolo avait apporté du sien pour hisser l’orchestre Anti-Choc au top niveau. Djo Nolo à côté de Bozi Boziana, Fifi Mofude, Wally Ngonda, Koffi Alibaba, Ngouma, Dodoly Mon siele (Pour dire mon cher) et autres, c’était la liesse, l’extase et l’allégresse.

Ainsi, vers les années 86, Anti-Choc était toutes feu toutes flammes. Il avait conquis le difficile public kinois en mettant d’accord tous les mélomanes de la bonne musique. Il largua coup sur coup des chansons comme Sisi, Explication Sisi, Tshala, Tchi-tcha, Tembe na tembe et que sais-je encore. Il faut dire qu’à cette époque, l’Anti-Choc dictait sa loi.

Certes, les bonnes choses ne durent pas. Djo Nolo se sépara vite de Bozi Boziana lors d’une tournée musicale entreprise par l’orchestre Anti-Choc en 1988 en Europe.

Durant son séjour européen, il avait complètement disparu de la scène et il avait même tenté de changer d’idées en chantant pour la gloire de l’Éternel. Comme c’est devenu presqu’une coutume, la plupart de nos jeunes artistes qui se décident de s’envoler de leurs propres ailes en claquant la porte après avoir brillé de mille feu sont toujours dévorés par les flammes de leurs succès.

Apres 20 ans passés en Europe, Djo Nolo Sambo regagna Kinshasa, vers 2009 avec un lot d’instruments complets de musique  où se préparer à sortir son premier Album « Mansanga ma Nkoko », qui est  aussi le premier titre de cet album qui n’est jamais sorti jusqu’à ce jour et l’artiste va retourner vivre en Europe après quelques répétitions dans le quartier Kimbangu, avenue Monkoto, commune de Kalamu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.